Ubuntu 11.04 Natty Narwhal sur netbook EeePC (partie 1/2)

L’arrivée il y a 6 mois d’Ubuntu 10.10 (Maverick Meerkat), m’avait laissé une impression positive mais mitigée. Si le cœur du système m’avait convaincu, en revanche l’interface Unity beaucoup moins.
Depuis des mois Canonical avait annoncé qu’Unity serait la prochaine interface par défaut d’Ubuntu (laissant tout de même le choix pour une session ubuntu classique, sous Gnome2 avec metacity et gnome-panel).
Avec l’arrivée imminente d’Ubuntu 11.04 Natty Narwhal , j’étais donc un peu inquiet, à l’idée que mon linux préféré allait finalement se révéler beaucoup trop lourd pour un modeste netbook EeePC 1001HA

Voulant en avoir le coeur net, j’ai donc procédé à une mise à jour anticipée de la distribution Maverick vers Natty, en utilisant la dernière bêta de 11.04 en date (la version finale étant pour le 28 avril, je ne prenais pas de gros risques).
Reconnaissons que la vie du Geek est parfois émaillée de déconvenues, précisons aussi que cette adversité le rend plus fort (s’il en était besoin).
Après l’upgrade (grâce à la commande gksudo « update-manager –devel-release) , plus rien n’allait, les interfaces (unity, gnome) se mélangeaient (vas-y que je t’affiche Unity avec un joli gnome-panel en dessous, ou une bonne vieille session gnome classique sans metacity [windowmanager]). Pour parfaire le niveau de déconvenue, la liaison wifi fonctionnait de façon plus qu’erratique puisqu’elle plantait toutes les 5 minutes. Bref la colère était forte en moi (nous n’étions pas un jedi mais un mardi, hihihi).
Je savais que ma configuration gdm, n’était plus très propre depuis que j’avais il y a quelques mois eu la « bonne » idée d’installer une version bêta de Gnomeshell (alias Gnome3), oui il faut savoir être joueur (…et accepter la défaite). Pour m’en débarrasser, j’étais passé par des tours de passe-passe que la morale réprimait, et dont je savais qu’un jour ou l’autre ils me sauteraient à la figure. Chose faite avec l’installation d’Ubuntu 11.04 Natty Narwhal.
(je passe ici ma découverte des joyeusetés telles que /usr/share/xsessions, /usr/share/gnome-session/sessions, et autres subtilités gdm, car elles n’ont pas résolu mes problèmes).
Me demandant de plus, si les défaillances du wifi, ne venait pas de la mauvaise configuration de gnome, puisque le gestionnaire de connexion en dépendait, je me résolvais donc à un formatage en règle  du disque, et à une réinstallation à zéro du système.

Hormis la phase de partitionnement qui réclamait quelques connaissances (automatisable pour les noobs), l’installation se déroula de façon ultra simple et plutôt rapide. Au reboot, je constatais avec une joie non dissimulée que la configuration des sessions gdm était propre, et que j’allais enfin pouvoir tester Unity, Ubuntu 11.04 classique etc… Enfin…Enfin presque car malheureusement, le souci de la carte WIFI persistait puisque la connexion se coupait, le système semblait marcher sur 3 pattes (ce qui pour un narval relève de la gageure). Deux solutions s’offraient à mois: jeter l’Eee PC par la fenêtre, ou bien tenter de comprendre le problème. La seconde présentant le mérite de me faire économiser 250 euros, j’optais sagement pour cette dernière.

Une clef wifi usb externe fonctionnait parfaitement, les portes logiques de mon esprit tournant à plein régime m’indiquèrent donc que le driver de ma carte interne était le coupable de cette masquarade qui n’avait que trop dureé! J’avais remarqué via la commande nm-tool, que le driver chargé pour la carte wifi Ralink 3090, était le rt2800, or à l’époque de ma première installation d’ubuntu sur cet Eee pc j’avais dû installer un driver spécifique car cette carte n’était pas reconnue nativement par linux. Lors de la migration vers ubuntu 10.10 Maverick le système avait continué de fonctionner sans opération particulière. Cependant Natty semblait quant à lui refuser de charger le driver spécifique, et imposer un driver certes natif, mais défaillant. C’est à ce moment que la communauté m’est venue en aide, il fallait:

  • installer le driver spécifique à la ralink 3090 (rt2860)
  • mais surtout, empêcher ubuntu de charger son propre driver (rt2800), en le blacklistant:
    sudo cp /etc/modprobe.d/blacklist.conf  /etc/modprobe.d/blacklist.old
    echo ‘blacklist rt2800usb’ | sudo tee -a /etc/modprobe.d/blacklist.conf
    echo ‘blacklist rt2x00usb’ | sudo tee -a /etc/modprobe.d/blacklist.conf
    echo ‘blacklist rt2x00lib’ | sudo tee -a /etc/modprobe.d/blacklist.conf
    echo ‘blacklist rt2800pci’ | sudo tee -a /etc/modprobe.d/blacklist.conf
  • rebooter pour qu’Ubuntu Natty charge enfin le bon driver wifi

Au bout du tunnel la lumière, et la suite au prochain numéro!

Il reste 2 commentaires Aller aux commentaires

  1. Robert Dervaux /

    Merci, cela marche du tonnerre, espérons que le driver soit intégré dans les prochaines mise à jour!

  2. Pingback: Ubuntu 11.04 Natty Narwhal sur netbook EeePC, Unity la revanche (partie 2/2) | Geek01 /

Laisser un commentaire

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *